Ludiversité

Forum Educapsort - 25 et 26 septembre 2015

Forum Educasport - 25 et 26 septembre 2015

A.   Présentation et Objectif :

 

         Ludiversité, en tant que membre de l’Ecole « Fais-nous rêver », a participé aux temps de réflexion et de préparation,

ainsi qu’au Forum Educasport du 25 et 26 septembre 2015, afin de promouvoir l’idée d’une éducation par le sport. Ceci

s’est concrétisé par notre participation à des ateliers et grands débats, ainsi que sur ces 2 jours avec un stand d’initiation

aux jeux sportifs

traditionnels.

        

Le bilan des initiations de jeux sportifs traditionnels ne se révèle pas très positif concernant les conférenciers que l’on

aurait aimé intéresser à notre pratique, et qui ne sont pas sorti de l’hôtel de région sur le parvis. Cependant, notre

mobilisation aura tout de même réussi à sensibiliser une cinquantaine de personnes extérieures sur ces 2 jours.  


B.   DEROULEMENT :

 

Ci-dessous, les grandes idées du Forum retenues.

  • Vendredi 25 septembre :

1 – Atelier « Le sport pour construire son identité et se remettre en mouvement » :

 

Exposé de l’exemple d’une mission locale à l’Ile de la Réunion.

Son but : Effectuer des actions dans un quartier en sureffectif de chômage, d’incarcération et de problèmes de santé.

Son idée : proposer des activités physiques qui favorisent une meilleure maîtrise de son corps et de ses émotions.

Ses résultats : Cela a permis a beaucoup un sentiment de réussite, une meilleure estime de soi, et donc d’aller vers une

construction de l’identité, le marché de l’emploi, et aussi une meilleure santé.

 

Exposé de l’expérience d’Adel au Secours Populaire de Paris

Son but : est de mener es actions auprès d’hommes isolés (avec problèmes de logement, de santé, qui ne se nourrissent

pas tous les jours, ne parlent pas français).

Son idée : Ceci est parti de leur souhait de monter une équipe de foot  permettant de favoriser le sens du collectif, de la

ponctualité et de la capacité à se dépasser.

Ses résultats : Cela leur a permis de bénéficier de l’aide sociale et alimentaire, de connaitre d’autres cultures ainsi que de

découvrir d’autres types de loisirs.

Par ailleurs, ces personnes ont également fait remonter leur besoin de  s’impliquer comme bénévole dans l’association.

Pour ces actions, il est précisé le besoin de référents éducatifs solides pour accompagner chacun selon là où il en est.

 

Exposé de l’exemple de séjours sportifs pour personnes en situation d’errance à Saint Malo

L’intervenant s’appuie sur le fait que c’est toujours les professionnels et les éducateurs qui vont pouvoir donner des

valeurs du sport (par la confiance, la bienveillance et la patience), et  non l’inverse. Cette association insiste aussi sur

l’importance de travailler toujours en partenariat (ici avec un lycée de Saint Malo).

 

Exposé de l’exemple à Calais de rééducation de jeunes en difficulté

Son but : Utiliser le sport comme prétexte pour poser une problématique aux jeunes.

Son idée : Les laisser trouver des solutions par eux-mêmes, d’acquérir une meilleure estime de soi et ainsi, d’établir

naturellement des règles, débouchant sur le coup sur une confiance mutuelle. Et enfin, de renforcer des liens avec

l’Education nationale, dans une meilleure compréhension des décrochages.

Ses résultats : Ces actions permettent donc un travail sur l’insertion par le sport en utilisant l’intérêt pour susciter le

respect et la nécessité d’établir des règles en société.

 

1.1 – Les principales questions découlant cet atelier :

        

  - Quels sont les leviers du sport pour améliorer sa relation au corps ?

L’idée ressortie est l’importance de la prise de conscience de sa respiration, et la concentration pour une meilleure estime

de soi, l’importance également de la relation par la parole et la confiance.

 

         - Quelles sont les conditions favorables ?

De cette question est ressortie de mettre l’importance plus sur les moyens que sur les résultats, avec bienveillance, en

privilégiant le travail d’équipe, en réseau, et l’accompagnement social.

 

 

         - Quels sont les supports de redynamisation ?

Il s’agit de l’importance de l’accompagnement des éducateurs, et comment amener la personne  à se faire plaisir pour se

réapproprier son corps.

 

  • Samedi 26 Septembre :

2 – Le grand débat « Se développer en gardant son cap » :

 

Les intervenants insistent sur le fait de permettre de faire de « l’éducation par l’Entreprise », et pas seulement de

« l’éducation par le sport », afin de favoriser l’insertion. Il y a un souhait que les grandes entreprises ne soutiennent pas

que les sportifs de haut niveau, mais aussi les petites actions locales et deviennent ainsi des entreprises plus

« citoyennes ». Ainsi, l’importance de l'emploi associatif est mise en avant, dans sa contribution à l'éducation et

l'insertion, de par ses actions et son caractère engagé dans les quartiers sensibles, notamment la confiance établie auprès

des jeunes de ceux-ci. Il est donc souligné la nécessité de pouvoir le pérenniser et que les entreprises puissent y

contribuer dans un partenariat "citoyen".

 

Des chiffres font remarquer que seul le secteur du sport ne chute pas pour l’emploi, et qu’il y a besoin d'affirmer l'intérêt

des actions sportives, tant dans le secteur social que dans le secteur de la santé, ce qui pourrait favoriser d'amener des

crédits financiers de ces secteurs, en plus de celui du sport dans le bon développement de ces actions pour un intérêt

commun.

 

Le Ministre des sports, Thierry Braillard, nous explique son plan de « Sport citoyen » : Par la mise en place d’un dispositif

CESAM, il permettra d’ouvrir à l’emploi de 1500 jeunes dans le sport et l’animation. Il évoque le financement d’actions liées

à des projets sportifs, comme supportsd’éducation et d’apprentissage à la citoyenneté, avec le soutien de la Ministre de

l’éducation

 

3 – Atelier « A la Rencontre de la Différence » :

        

Constat de l’existence de tournois en mixité mais pas en professionnel, ce qui a fait émerger l’idée de créer une fédération

nationale de «handi-supporters ».

 

Exposé de l’exemple de l’association Fungliss

Son but : Accueillir des enfants en situation de handicap parmi d’autres, leur permettant de pratiquer un sport adapté.

Son idée : Se baser sur les compétences de la personne, et non pas sur celles du sport, permettant ainsi une ouverture

plus facile à leurs familles.

 

Exposé du projet d’Erasmus de redynamiser des partenariats

avec d’autres villes

 

3.1 - Débat découlant de cet atelier :

 

Il est évoqué la peur d’accueillir des personnes en situation de différence et de ne pas savoir comment s’y prendre.

 

L’une de nos animatrices malvoyantes de Ludiversité rappelle que sur le parvis, justement, ce sont des personnes en

situation de différence qui accueillent les autres sur leurs activités, et qu’il suffit de venir pratiquer. Elle explique que

chacun peut rencontrer l’inconnu provoquant parfois une mauvaise interprétation et que, comme dans un sport, on

avance doucement à force d’essais et d’erreurs vers un savoir-être et savoir-faire.

 

Une intervenante cite en conclusion une phrase de Riker : « Ce qui rend notre vie digne, c’est notre engagement envers

autrui ».

      

P.O. Ludiversité

Gladys Valatx



02/10/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres