Ludiversité

Le Parcours d’un Petit Pistolet à eau

Le Parcours d'un petit pistolet à eau (projet "l'Art dans tous les sens") :

Textes des enfants

Bonjour,
Je suis né dans le froid. J’suis souvent sur la banquise. Je suis doux et poilu, et je suis moyennement petit et mignon. J’ai des ailes et je marche en me dandinant.
J’suis toujours, toujours NOUILLE, Rrr !!! Mais là, à la maison, ou à la BCD, on peut jouer avec moi.
(Et. CE2, Au. CM2, Sa.CE1, Ju.CM1)
Ils se rencontrent pour la 1ère fois, voilà leur histoire.
« Salut ! On s’connaît ? J’sais pas. On d’vient ami ? Mouai… OK !!! Super ! »
(Ju. CM1, dialogue entre le pingouin, les jumelles, et la pipette de doliprane).

Le Doudou Pingouin : « Je vais vous raconter l’histoire de ma première rencontre avec mes amis ».
- « Moi, je sers à tirer, je sers à mouiller, je suis petit et on me remplit.
Je suis un pistolet à eau, et je vois arriver un pingouin. J’ai envie de le tuer, parce que je n’aime pas les pingouins. Car un jour, il m’est arrivé un problème avec un pingouin. Il m’avait vidé toute mon eau, et je mourrais de soif.
Le pingouin plonge dans l’eau. Moi, le pistolet, je plonge aussi dans l’eau, j’en prends et je me mets à viser de l’eau de partout, énervé parce que je n’arrive pas à viser le pingouin qui bouge tout le temps. Et trop énervé, je rentre chez moi. (Be.CM1)
«Moi, je sers à accrocher tous les vêtements. Alors arrête, Pistolet à eau, d’arroser tout le monde, tu me donne trop de toilette à faire ! » me dit la pince à linge. (Da. CP)
Alors, je vais jouer à mon jeu vidéo.
Je rêve que j’aide des espions à retrouver des bombes.
Les assistants de police (espions) avaient pour mission d’enlever les bombes dans la terre, et je les ai aidés avec mes soeurs. Avec mes lunettes, j’ai vu le méchant et l’ai montré aux espions. J’ai trouvé 4 bombes, mais la dernière a explosé à plus de 3 secondes. Et j’ai mis un bouclier pour sauver la Terre. Et la police m’a donné un sac de bombons en récompense. (Ra. CE2)
Et le Vide grenier, je n’aime vraiment pas, car je suis toujours obligé d’y aller quand je suis en pleine partie de PS3. Ma mère m’emmène et je suis triste, je m’ennuie, j’avance d’un pas moyen, et donne des coups de pieds à mon petit frère, et des coups de poings. (An.CE2)
Ma Maman a voulu que je mange l’abricot. Je n’ai pas voulu et je l’ai lancé dans la tête de la police, et j’ai dit : « C’est pas moi, c’est lui ! ». J’ai été puni par Maman mais je recommence, et je m’excuse auprès du policier, mais je ne vais pas en prison car je suis trop petit. On fait une bagarre de tartes aux abricots. Je suis pardonné et on me donne des bonbons. (Ra. CE2)
J’aime pas la ville, c’est tout gris, ça sent pas bon les toilettes publics. (Ro. CM2)
Je préfère l’odeur du feu de bois chez Mamie.
Le feu de bois chez ma mamie, quand je marche dehors dans son jardin, à la campagne. J’aime bien l’odeur du feu de bois, ça me donne envie de marcher. (Je. CE1)
Et ça me rappelle aussi l’odeur de fumée du barbecue et du poulet rôti, et sauce barbecue. A la campagne, avec mon frère, dans une tente dans la forêt, avec la tente des parents un peu plus loin.
Pendant la nuit, je m’étais levé pour faire pipi et j’ai vu un loup. J’avais très peur, mes parents aussi, mais nous n’avons pas bougé, et le loup ne nous a pas vu. Il est reparti. (Th. CP)
Pendant la nuit, j’ai fait alors un mauvais rêve :
J’ai rêvé que j’étais un âne, triste, tout seul, sans ami, qui s’ennuie. Un jour, une abeille vient se poser sur son museau et dit : « Veux-tu être mon ami ? » L’âne répond « Oui, bien sûr, car je n’ai pas d’ami. Et toi, est-ce que tu en as ? » L’Abeille répond « Non, je n’ai pas d’ami, parce que je suis la plus petite de la ruche, et tout le monde est méchant avec moi, et je me suis enfui de la ruche. » (Sa. et El. CP/CE1)
L’abeille tombe dans un piège dans la forêt et va mourir. Et moi, l’âne, je veux la sauver comme si j’étais son frère, et je cours dans la forêt incroyable pour retrouver la sorcière et qu’elle me donne la potion pour la guérir. Des tentacules sautent sur moi, des épingles sautent sur moi, et j’attaque et arrive à tout éviter. (Au. CM2)
C’est alors, qu’un avion arrive, et me demande, à moi, l’âne seul dans la forêt : «Est-ce que tu as des amis, toi ? Moi, je peux t’en faire rencontrer plein. »
L’avion me raconte alors qu’un jour, une voiture fait un accident avec une moto qui lui fonce dessus. Les deux sont blessés et vont à l’hôpital. Puis, la moto va en prison.
L’avion vient se jeter sur la prison avec tous les passagers dedans, pour venir sauver la moto. Mais c’est au tour de l’avion d’être en prison, rattrapé par la police. Tous les 2, avion et moto, se retrouve donc en prison.
La voiture se sent mieux, et veut aller foncer dans le mur de la prison pour sauver la moto et l’avion. Et ils restent copains pour toute la vie.
La police, qui a été écrasée par la voiture, va à l’hôpital. (Ra. CE2)
Et l’avion me demande : « Alors, tu veux connaître mes copains ? »
Et moi, l’âne, je lui réponds : « Non, je préfère retrouver la sorcière pour sauver ma petite amie l’abeille ! Et toi, veux-tu m’aider, et puis on pourrait devenir amis ? »
Alors l’avion dit « d’accord ! », et nous allons chez la sorcière. (Si. CE1)
Et on retrouva la sorcière, qui nous donna la potion magique. Et nous devenons très vite amis !... (Au. CM2)
Lorsque je me réveille de mon rêve, je suis redevenu Pistolet à eau. Je décide alors d’aller sonner à la porte de la Pelote de laine :
« Bonjour Pistolet à eau, je te présente mon amie la Barrette.
- Dis-donc Chéri, tu me trouves pas un peu grosse ? demande la Barrette. (Ca. CM1) Je dois tout le temps attacher les cheveux, même quand il y a des poux ! (Th. CP)
- Non, non, pas du tout ! répond la pince à linge, puis se tournant vers la Pelote de laine : Mais carrément ! J’ai envie de la pincer ! » (Ca. CM1)
- Mais non, pas du tout ! Tu n’es pas trop grosse ! répond la Pelote de laine.
Moi, on m’utilise pour faire des écharpes ou des pompons, des bonnets. Je suis doux et je sens bon.
Alors, avec ma laine, je pourrais te faire une écharpe toute douce, ou un pompon, pour te consoler, ou un bonnet pour empêcher les poux. (Sa. CE1)
- Et moi, le Pansement, c’est pas facile non plus mon travail, je dois tout le temps lécher les poils de tout le monde pour soigner les bobos, c’est dégoutant !
- Salut, les amis ! Ben moi, ce matin à 6 h, j’ai regardé de très près le soleil ! C’était génial ! Ultra cool cool ! » dit la paire de jumelles.
- Bon, bah, moi, j’y retourne.
- T’es vraiment mon meilleur copain !
- Oh, toi aussi.
- Allez, gros câlin ! » (Zo. CE2)
Et là, je vois alors arriver la boite de Cacao, d’habitude toute triste, et là toute heureuse. « je suis toujours toute seule, je vis dans un placard et j’ai trop peur du noir. Mais aujourd’hui je suis trop heureuse ! » Elle ouvre sou couvercle et il en sort une paire de lunettes :
- « Merci pour m’avoir hébergé ! dit la paire de lunettes.
- Oh, de rien ! répond la boite de Cacao. (El. CP)
- Je vais bien pouvoir ajuster la vue, maintenant ! Dis la paire de lunette bien reposée. Parfois, on se sert aussi de moi pour regarder des films en 3D, je peux être de toutes les couleurs. (Cé. CM1)
- Ah, ça y est, moi le Pistolet à eau, j’ai enfin trouvé ma mission dans la vie ! Je tire sur tous les habits pour les mouiller, et comme ça, petite Pince à linge, je te donne du travail, tu ne seras plus au chômage.
Eh les amis, on va tous faire la fête ?! » (Ra. CE2)
Et nous, les 17 amis, on décide d’aller au stade de Gerland.
Le stade de foot de Gerland, j’ai rencontré Lacasette, les gros buts, les coupes trop belles ! Il faut y aller. Moi, je vous le dis d’y aller au pays des souvenirs, et là je vous dis d’aller plus loin ! (Na. CM2)
Le stade de foot, avec le monde, les joueurs, les petits ponts, les popcorns,

miam ! Ça commence là-bas.

Tout a bien commencé, et je suis mort, et moi, embrasse Rachelle. (Au. CM2)
Mon plus beau souvenir, c’est au stade de foot lorsque j’ai embrassé mon amoureuse. (Ro. CM2)
Après le match, les 17 amis visitent un terrain de basket, et prennent le ballon en photo. Puis, ils vont au Supermarché avec un caddy pour acheter à manger pour la fête. Le soir, à la maison, ils font la fête, ils mangent, ils jouent de la guitare. Ils sont fatigués, l’un d’eux baille, alors ils vont tous se coucher.
Et le lendemain matin, quelqu’un passe l’aspirateur pendant que tous les autres dorment encore. (Ro. CM2)
Je me réveille, je baille, et je vais regarder dans ma tirelire si j’ai assez de sous pour m’acheter un piano. Je tape des mains. J’achète un piano avec les pièces. Et je joue du piano, avant d’aller à la piscine. (El. CP)
Je suis doux et de taille moyenne. Je rencontre quelqu’un qui est jaune et qui tire. Mais, c’est mon ami de toujours, incroyable ! Mon ami de toujours m’attaque, à l’aide !!! Il faut un lac. Il y en a un ici. Plouf ! L’ami qui est très malin aspire tout le lac. « Je t’ai eu ! Dis-moi, tu m’as cru ? » demande le pistolet. « Oh que oui ! » répond le pingouin. (Et. CE2)
Et depuis ce temps, le Doudou Pingouin et le Pistolet à eau sont restés les meilleurs amis du Monde !
Finalement, c’est pas si mal la ville, on a des copains, et le 8 décembre à Fourvière, c’est beau toutes les illuminations.
Et il y a même une sculpture, qu’on peut toucher, pour voir la ville avec les doigts ! (Sa. et Si. CE1)
FIN
Animatrice coordinatrice
Gladys VALATX
*****
Un grand merci à tous les partenaires qui ont permis la réalisation de ce projet :
- ALSH école primaire Chavant (Lyon 7e)
- Association Valentin Hauy (AVH) Lyon
- Rotary Club Lyon Nord
- Ludiversité
Ainsi qu’à tous les enfants qui y ont participé.
*****

 



24/06/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres